Cocktail en l’honneur des nouveaux boursiers (04/08/2014)

SE Madame Phoeung Sakona, Ministre de la Culture et des Beaux-Arts,
SE Monsieur Hang Chuon Naron, Ministre de l’Education, de la jeunesse et des sports,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

1/ Je voudrais tout d’abord saluer les membres du gouvernement royal qui ont bien voulu nous honorer de leur présence ce soir. Sachez que nous sommes très sensibles à ce geste, qui sera certainement perçu comme un encouragement de votre part aux boursiers qui s’apprêtent à partir pour la France.

2/ Je suis pour ma part très heureux d’être parmi vous ce soir à l’Institut français du Cambodge. Comme vous le voyez, nous sommes dans un bel endroit qui a bénéficié d’importants travaux de rénovation au cours des derniers mois. C’est en quelque sorte la « maison de la culture française » à Phnom Penh. Il est donc naturel que ce soit ici que nous nous retrouvions avant votre prochain départ pour la France.

3/ L’Institut français n’est pas seulement un établissement où l’on vient prendre des cours de langue française, consulter les ressources de la médiathèque, voir un film ou une exposition. En effet, l’Institut accueillera bientôt un espace Campus France qui aura pour mission de fournir des informations sur les offres de formation supérieure en France et une assistance à la constitution des dossiers des candidats.

4/ Je voudrais adresser mes félicitations à nos boursiers. Tout d’abord pour le choix que vous avez fait de poursuivre vos études supérieures en France et ensuite pour avoir été sélectionnés au terme d’un processus très compétitif. C’est le résultat de vos efforts et vous en êtes aujourd’hui récompensés.

5/ Vous allez rejoindre la longue liste des étudiants khmers qui ont effectué une partie de leurs études en France et qui occupent aujourd’hui des positions importantes dans la société cambodgienne, dans tous les secteurs, au sein du gouvernement et de l’administration et bien sûr dans le secteur privé. Vous vous inscrivez ainsi dans une longue histoire, que symbolise la belle Maison du Cambodge à la Cité internationale universitaire de Paris.

6/ Cette histoire, c’est aussi celle de la riche coopération universitaire entre nos deux pays : je rappelle que 5 universités à Phnom Penh proposent des formations francophones et 7000 étudiants cambodgiens s’y inscrivent chaque année.

7/ Vous êtes environ 650 étudiants cambodgiens à poursuivre chaque année vos études en France, avec ou sans financement public. Sur ces 650 étudiants, près de 40 sont boursiers du gouvernement français et une cinquantaine d’autres bénéficient d’autres programmes de bourses comme ceux de l’Agence Universitaire de la Francophonie ou de l’Union européenne.

8/ Depuis ma prise de fonctions comme ambassadeur de France au Cambodge, j’ai eu l’occasion de rencontrer un grand nombre de responsables gouvernementaux dont beaucoup ont souligné l’importance qu’ils attachent à la poursuite de nos programmes de bourses. Je peux vous assurer que, malgré les contraintes budgétaires qui pèsent sur nous, la formation restera un axe majeur de notre coopération avec le Cambodge, notamment dans les domaines concernés de l’économie, du droit, de la santé, des sciences de l’ingénieur ou encore du tourisme.

9/ Vous allez retrouver aussi de très nombreux étudiants étrangers qui ont fait le choix de la France. Ils sont près de 280 000 en 2013, ce qui fait de la France le troisième pays d’accueil des étudiants en mobilité dans le monde après les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

10/ Il est normal que la perspective de votre prochain départ pour la France suscite chez vous de nombreuses questions tout à fait pratiques et l’Institut français vous proposera deux journées de formation, les 14 et 15 août, pour vous familiariser avec votre futur environnement.

11/ Pour finir, je vous adresse mes vœux les plus chaleureux de succès pour vos études en France et vos projets professionnels.

Merci

Dernière modification : 15/07/2015

Haut de page