Signature de la convention de subvention entre l’AFD et Agir Pour Le Cambodge « Sala Baï » (13/02/2017)

JPEG

Siem Reap, 13 février 2017

Mme Emmanuelle Dethomas, Présidente d’« Agir pour le Cambodge »,
M. Jean Lestienne, conseiller consulaire,
M. Marc Franiatte, consul honoraire à Siem Reap,
M. Philippe Bès, Directeur de Sala Baï,
M. Philippe Steinmetz, directeur de l’Agence française de développement pour le Cambodge,
Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile,
Mesdames et Messieurs les représentants du secteur du tourisme,
Chers élèves et étudiants,
Chers amis,

Mon épouse et moi-même étions ici le 27 février 2016 pour l’inauguration de ces magnifiques nouveaux locaux de Sala Baï. Nous sommes très heureux d’être de retour, cette fois pour la signature du contrat de subvention entre l’ONG Agir pour le Cambodge et l’Agence Française de Développement.

Je salue Mme Emmanuelle Dethomas, Présidente d’« Agir pour le Cambodge », qui s’est déplacée depuis Paris pour être avec nous aujourd’hui ainsi que toute l’équipe de Sala Baï autour de son directeur Philippe Bès. Je remercie également de leur présence toutes les personnes ici présentes qui démontrent la vitalité et le dynamisme de notre communauté à Siem Reap. Merci aussi à Philippe Steinmetz, directeur de l’agence locale de l’AFD, de nous avoir accompagnés depuis Phnom Penh pour l’occasion.

Cette nouvelle subvention de l’AFD marque une nouvelle étape et contribuera au développement de cette belle école d’hôtellerie Sala Baï. Agir pour le Cambodge est encore une « petite » organisation parmi le concert des ONG françaises, encore portée par des bénévoles en France mais qui démontre depuis maintenant plus de 30 ans son sérieux et son engagement pour le développement du Cambodge. Ce sont ces qualités ainsi que la réussite de son programme emblématique - Sala Bai - qui sont aujourd’hui récompensées par le financement de la croissance de son activité par l’AFD.

1 300 jeunes ont déjà bénéficié d’une formation professionnelle de haut niveau aux métiers du tourisme. Dans leur immense majorité, ils ont rapidement trouvé un emploi et ont pu s’épanouir grâce aux bénévoles et aux professionnels d’Agir pour le Cambodge et Sala Baï, eux dont le départ dans la vie ne se présentait pas sous la meilleure étoile. Ce financement de l’AFD permettra d’accroître de 40% les effectifs à former pour passer à 150 élèves pour chaque promotion.

La réussite d’Agir pour le Cambodge est d’autant plus remarquable que l’ONG ne s’est jamais éloignée de son cœur de cible en continuant à sélectionner les jeunes parmi les plus pauvres. Cette sélection, qui s’effectue notamment grâce à d’autres ONG travaillant, elles, sur l’éducation de base, est une garantie pour les bailleurs, dont l’AFD, de l’impact social de Sala Bai. Les cas des enfants handicapés passés par Krousar Thmey et formés par Sala Baï sont tout à fait révélateurs de cet engagement.
Les actions de Sala Bai touchent au premier chef les jeunes qui trouvent le moyen de s’insérer professionnellement mais leurs effets sont bien plus larges : c’est finalement tout le secteur touristique de Siem Reap qui en bénéficie. C’est d’autant plus vrai avec la diversification des activités et maintenant le spa qui s’ajoute aux cursus existants de cuisine, service ou hôtellerie. Ce financement de l’AFD permettra d’ailleurs d’étoffer ces cursus par l’amélioration de certains enseignements : anglais et informatique notamment, mais aussi une compétence qui nous tient particulièrement à cœur, je veux parler de la langue française.

Voyant le nombre de personnes présentes ici dans l’assemblée, je mesure l’intégration réussie de Sala Baï dans le paysage économique et associatif local. En effet, les partenariats durables noués avec les autres ONG, les établissements hôteliers ou de restauration et les autres acteurs du secteur du tourisme se sont multipliés et contribuent pleinement au succès du projet. Ce partenariat est gagnant-gagnant entre d’une part, une ONG qui reçoit des financements d’entreprises privées et peut « placer » ses élèves et d’autre part, les acteurs du tourisme qui recrutent des employés qualifiés, ce qui a longtemps pénalisé le développement du secteur du tourisme au Cambodge. Tout ceci illustre bien l’intérêt des entreprises et des ONG à travailler de concert.

La semaine Goût de France, organisée chaque année en mars par l’ambassade et un certain nombre de restaurateurs pour promouvoir notre gastronomie, est aussi une occasion pour Sala Baï de développer des partenariats avec le secteur privé de la restauration, ici au Cambodge mais également en France. Je vous donne rendez-vous pour une nouvelle opération Goût de France le 21 mars prochain.
Je tiens enfin à mettre à l’honneur l’association Sala Baï Family. Cette association va faciliter l’intégration des futurs diplômés, permettre d’amener des anciens à devenir eux-mêmes formateurs ou salariés du projet Sala Baï. Les anciens ayant réussi leur intégration dans le monde professionnel pourront eux-mêmes contribuer financièrement pour aider d’autres jeunes en difficulté à accéder aux mêmes opportunités dont ils ont bénéficié à leur âge. L’objet de cette association est remarquable, en témoigne d’ailleurs l’adhésion de plus de la moitié des anciens élèves.

Pour toutes ces raisons Sala Baï est un programme modèle qui mérite le soutien financier de la France à travers l’AFD. Ce financement et cette croissance des activités ne pourront qu’améliorer les résultats de cette institution qui a déjà bien de réussites à son crédit.

Je souhaite donc à Agir pour le Cambodge - Sala Bai, les bénévoles en France et ailleurs, les employés à Siem Reap et les anciens, actuels et futurs élèves de la persévérance et de nombreux succès dans un avenir tout proche.
Je vous remercie.

Dernière modification : 14/02/2017

Haut de page