Remise des diplômes aux étudiants du pôle de coopération universitaire franco-cambodgienne à l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques (12/02/2016)

JPEG

Excellence Dr HANG Chuon Naron, Ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports,
Excellences Messieurs les Secrétaires d’Etat,
Excellence LUY Channa, Recteur de l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques,
Excellences Messieurs les Recteurs,
Madame Béatrice Balivet, Maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3,
Mesdames et Messieurs les Professeurs et Personnels de l’URDSE,
Chers invités,
Chers Etudiants, Chers Diplômés,

Je suis très heureux d’être de nouveau parmi vous aujourd’hui pour cette cérémonie de remise de diplômes. Tout d’abord parce que cette cérémonie est un moment important de votre parcours universitaire et qui marque pour vous tout autant un aboutissement qu’un nouveau départ. Je me réjouis que figure parmi vous un diplômé particulièrement brillant et prestigieux, en la personne de SE le Dr Hang Chuon Naron, dont je me plais à souligner la vision et la détermination dans la conduite de son action réformatrice. Aujourd’hui, Excellence, je suis heureux de vous féliciter d’avoir fait le bon choix à titre personnel en vous inscrivant dans le cadre des partenariats universitaires entre nos deux pays. Nombreux et variés, ceux-ci témoignent de la profondeur des liens amicaux, académiques et intellectuels qu’entretiennent de longue date la France et le Cambodge.

Les partenariats instaurés entre l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques et de nombreuses universités françaises sont à ce titre particulièrement exemplaires. La structuration de l’Université, l’élaboration des programmes, la formation sur place dans le cadre de diplômes délocalisés et de double-diplômes constituent en effet autant d’exemples réussis du travail réalisé en commun par les établissements d’enseignement supérieur français et l’URDSE. A ce propos, je tiens tout particulièrement à souligner le rôle joué par l’Université Lumière Lyon 2, fer de lance de la coopération française dans ce domaine, mais également celui des Universités de Lyon 3, dont je salue la représentante, Madame Béatrice Balivet, de Lille 1, de Nantes, de Paris 2, de Paris 8 ou de l’Ecole supérieure de commerce Audencia, institutions dont l’implication académique ne s’est jamais démentie au fil du temps.

La qualité de la relation nouée entre les responsables de l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques et leurs homologues français mérite aussi d’être soulignée. Je tiens à saluer les enseignants-chercheurs des universités françaises qui ont eu à cœur de contribuer à la formation de ressources humaines qualifiées et internationalement reconnues au Cambodge. Le soutien de l’Ambassade de France leur a toujours été acquis. Que soit également saluée l’implication des universitaires cambodgiens, sans laquelle leurs étudiants n’auraient pu continuer à bénéficier de ces formations délocalisées ou double-diplômantes. Ils ont été récemment rejoints par de jeunes collègues, souvent anciens boursiers du gouvernement français, tout aussi désireux doffrir leurs services à l’URDSE et de dispenser des enseignements de qualité. Souhaitons que l’avenir leur offre une carrière académique à la mesure de leur engagement.

Je me dois aussi de rappeler l’apport des enseignants français qui résident au Cambodge et participent à ces actions. Enseignants de français et d’autres disciplines, ou bien encore professionnels issus de différents secteurs, ils n’hésitent pas à consacrer du temps aux étudiants afin de les aider à acquérir des compétences adaptées aux exigences du marché du travail. Je pense notamment aux membres de la Chambre de commerce et d’industrie France-Cambodge, toujours présents pour dispenser des enseignements, donner des conférences et participer à des jurys professionnels. Qu’ils en soient ici remerciés et je salue la présence aujourd’hui de M. Guillaume Massin, nouveau président de la CCIFC.

Faut-il encore le rappeler ? Tant les modalités que la substance des relations entre le Cambodge et la France se sont largement renouvelés ces dernières années. Il s’est agi de passer d’une démarche d’assistance à une logique de partenariat. Et ici, à l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques, cette nouvelle orientation prend véritablement tout son sens. Elle doit évidemment déboucher sur une appropriation et une gestion locales de ces cursus rénovés. Tel est par exemple le cas des trois spécialités de master délocalisées par des universités françaises depuis septembre 2015 dans les domaines du droit et de l’E-Business. Ces formations contribuent à diversifier l’offre de formation en proposant des programmes en lien avec les secteurs d’activité porteurs au Cambodge. A la rentrée 2016, les cursus de licence seront également actualisés afin de s’adapter au contexte socio-économique. C’est aussi cette faculté d’adaptation qui fait la qualité des formations dans un contexte international en constante évolution et de plus en plus concurrentiel.

Avant de conclure, je veux aussi m’adresser à vous, chers étudiants, qui avez fait le choix de poursuivre vos études au sein des filières internationales de l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques. Ce choix requiert évidemment une bonne maîtrise du français et des langues étrangères en général, ce qui demande d’importants efforts de votre part. Mais ce choix est aussi celui de l’ouverture à un monde multiculturel et plurilingue. Les connaissances et les compétences ainsi acquises vous ouvrent les portes de parcours professionnels variés et enrichissants. Vous pouvez et devez être fiers de ce que vous avez accompli.

Excellence, Monsieur le Ministre, jeunes diplômés, qui allez aujourd’hui recevoir officiellement votre diplôme, permettez-moi de vous féliciter très chaleureusement. Vous êtes les dignes représentants de cette université qui vous a formés. Vous incarnez la réussite et le renouveau d’un Cambodge en plein développement et en transformation rapide. Comme l’a fait avant moi Mme Béatrice Balivet, je vous invite à rejoindre la plate-forme France Alumni Cambodge, lancée en novembre 2015, et qui a vocation à rassembler les anciens étudiants en France ou qui ont suivi des cursus français.

Je forme le vœu que les partenariats universitaires franco-cambodgiens continuent de se développer, tant en matière d’enseignement que de recherche, et je ne doute pas que vous en serez les promoteurs au sein de vos organisations et institutions respectives. Pour cela, vous pouvez compter sur l’amitié fidèle et le soutien constant de la France.

Je vous remercie

Dernière modification : 08/02/2017

Haut de page