Remise d’une subvention de l’ambassade à l’Association Henri Capitant Cambodge (20/09/2016)

Excellence M. Koeut Rith, secrétaire d’Etat au ministère de la justice ;
Monsieur le Président, cher Prasnar Yi,
Messieurs les membres fondateurs,
Messieurs les membres du conseil scientifique de l’association Henri Capitant du Cambodge,

Je suis heureux de vous retrouver ce soir à l’Institut français du Cambodge afin de vous remettre ce chèque de 8 000 euros. Heureux tout d’abord parce que cette somme devrait vous permettre de mener à bien une action qui nous tient à cœur dans le cadre de notre programme « gouvernance » mais aussi car ce nouveau financement s’établit dans le cadre d’un partenariat établi de longue date entre l’association Henri Capitant et l’ambassade de France au Cambodge.

Notre relation repose, je le crois, sur une confiance mutuelle, sur une volonté commune de défense de l’Etat de droit et sur la conviction selon laquelle la formation de jeunes étudiants ou de professionnels déjà confirmés doit continuer à représenter l’une des clés de voûte de nos actions dans ce domaine.

Tel a déjà été le cas par le passé où notre partenariat a su revêtir des formes différentes, toujours au service d’un meilleur fonctionnement de la justice : formation d’étudiants de l’Université Royale de Droit et Sciences Economiques, formation continue d’avocats cambodgiens, mais aussi assistance au ministère cambodgien de la Justice en matière de droit pénal. Je n’oublie pas notre contribution au développement des fonctionnalités d’une base de données officielle de textes législatifs et réglementaires du Cambodge sur le modèle de LégiFrance. Je veux bien sûr parler de LégiCambodia, qui a vu le jour grâce à un partenariat entre l’Université Royale de Droit et de Sciences Economiques et l’association Henri Capitant.

C’est ce souci de développement des compétences qui anime cette année encore l’action de l’association Henri Capitant soutenue par l’ambassade de France. L’action, ou plutôt les trois actions, puisqu’il s’agit à la fois :
-  d’apporter une expertise technique au Ministère de la Justice afin de réfléchir à une réforme du Code de procédure pénale ;
-  de former magistrats et élèves magistrats à ce même Code et de travailler avec eux sur certains principes ayant trait au respect des libertés fondamentales ;
-  de faire bénéficier les étudiants de licence en droit de l’URDSE, futurs magistrats, avocats et auxiliaires de justice, de l’expertise d’un praticien.

Il me semble particulièrement important qu’un expert de tradition juridique française puisse intervenir auprès de ces différents publics. Pour ce faire, Henri Capitant a fait appel à Marcel Lemonde, ancien juge d’instruction auprès des chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, choix que je tiens ici à saluer.

C’est donc avec grand plaisir, Monsieur le Président, cher Prasnar, Mesdames et Messieurs, que je vous remets ce soir la contribution de l’ambassade de France à cette action en matière de droit pénal. Permettez-moi par ailleurs de former le vœu que cette formation soit un succès et que notre partenariat se poursuive dans les années à venir.

Je vous remercie.

JPEG

Dernière modification : 21/09/2016

Haut de page