Réception donnée à l’occasion du séminaire AEFE des directeurs des écoles françaises de la zone Asie-Nord à la Résidence de France (13/10/16)

JPEG

Monsieur Thierry Mariani, Député des Français de l’étranger,
Mme KHUONG Vichheka, Directrice générale-adjointe au ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports,
Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale pour la zone Asie du Nord,
Monsieur le Coordonnateur régional délégué de la direction de l’AEFE Zone Asie-Pacifique,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’établissements et Directeurs,
Monsieur le Président de l’Association des Parents d’Elèves du Lycée Descartes,
Chers amis du Lycée Français « René Descartes »,

C’est un plaisir de vous recevoir aujourd’hui à la Résidence de France à l’occasion de la tenue du séminaire régional des écoles françaises relevant de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger, l’AEFE. Je remercie de sa présence la représentante du ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports. SE le Dr Hang Chuon Naron, votre ministre, avait prévu d’assister à cette réception mais en a été empêché à la dernière minute. Je sais qu’il est toujours à nos côtés quand il s’agit du Lycée Descartes, d’enseignement du français et, plus largement, de coopération éducative entre nos deux pays, comme l’a montré sa participation à une des séquences de votre séminaire.

Puisque nos invités nous ont fait l’amitié de venir de 17 pays de la zone Asie-Pacifique et ne connaissent pas nécessairement le Cambodge, je voudrais commencer par quelques mots sur cette ambassade qui vous accueille. Vous êtes ici à la fois dans un havre de verdure, 4,5 hectares, en plein milieu de la ville, et dans un lieu de mémoire puisque nous sommes installés ici depuis près de 60 ans. Notre représentation diplomatique a donc épousé les vicissitudes de l’histoire contemporaine du Royaume.

Certains d’entre vous ont peut-être lu « Le Portail » de François Bizot ou vu les films « La déchirure » ou plus récemment « Le temps des aveux », adaptation par Régis Wargnier du beau livre de Bizot qui évoquent ces moments très difficiles où l’ambassade devint un refuge temporaire pour plus de mille personnes après la prise de Phnom Penh par les Khmers Rouges le 17 avril 1975. C’est cette longue histoire que les visiteurs – plus de 2500 !- ont voulu découvrir il y a quelques semaines lorsque nous avons ouvert l’ambassade et son parc pour les journées du patrimoine.

Si j’évoque cette histoire, c’est aussi pour souligner que le Lycée Français « René Descartes » est lui aussi un lieu de mémoire à Phnom Penh et a participé à ce titre aux journées du patrimoine pour la première fois cette année. Créé il y a plus de 60 ans, il a accueilli de nombreuses générations de jeunes Français mais aussi de jeunes Cambodgiens, pour certains très illustres. Je pense notamment à Sa Majesté la Reine-Mère, élève de la première promotion, qui a bien voulu préfacer un ouvrage consacré à l’histoire de l’établissement et fruit d’un travail collectif des élèves encadrés par leurs enseignants d’histoire. Le Dr Hang Chuon Naron connaît bien cet ouvrage pour l’avoir également préfacé.

Avec 1075 élèves à cette rentrée, le Lycée ambitionne de devenir un grand établissement de la région. Si les effectifs croissent d’année en année, c’est que la qualité ne se dément pas comme en témoignent les 100% de réussite à la dernière session du baccalauréat.

Les travaux importants engagés depuis 2013 par l’Association des Parents d’Elèves sont toujours en cours, certes à moins grande échelle, quoique ceux de l’été dernier aient été impressionnants, et cela, pour accueillir les élèves toujours dans de meilleures conditions. J’ai pu me rendre compte de ces réalisations en visitant l’établissement au début de l’année scolaire. Toutefois, il faut garder à l’esprit que les murs du Lycée ne sont pas extensibles et que très vite l’établissement sera saturé.
L’équipe administrative s’est renforcée à cette rentrée avec la nomination d’un directeur administratif et financier pris en charge par l’AEFE et par l’arrivée de nouveaux enseignants pour répondre aux besoins grandissants. Je saisis cette occasion pour remercier l’AEFE de son soutien dans un contexte où toute création d’emploi devient rare. Ceci témoigne du désir d’installer le lycée dans une dynamique de gestion rigoureuse.

Comme vous le savez, le lycée « René Descartes » est homologué et conventionné par l’AEFE. Lors de la réunion des Ambassadeurs à la fin du mois d’août à Paris, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Christophe Bouchard, votre Directeur, qui m’a fait part de son souhait de venir à Phnom Penh dans les prochains mois. Ce serait le moment opportun pour signer le renouvellement de la convention entre le Lycée et l’Agence. Ce serait aussi un signe fort pour l’établissement mais aussi pour les parents soucieux de la qualité de l’accueil et de l’enseignement pour leurs enfants. Je salue le Président de l’Association des Parents d’Elèves, M. Yann Hervo, et les membres du bureau actuel qui, je sais, travaillent avec beaucoup d’énergie et en bonne intelligence avec l’équipe de direction du lycée pour faire progresser les différents chantiers.

Le Lycée Français « René Descartes » est aussi un élément du paysage éducatif national puisqu’il accueille, surtout en maternelle et en primaire, de nombreux élèves cambodgiens. L’équipe pédagogique met en œuvre des dispositifs de renforcement en français langue étrangère, en français langue de scolarisation. Elle développe l’enseignement du khmer et met en place des dispositifs d’éducation inclusive pour que l’établissement puisse accueillir au mieux tous ceux qui le souhaitent. La présence de Mme KHUONG Vichheka, Directrice générale-adjointe du ministère, ici ce soir mais aussi durant vos travaux, montrent combien l’expérience du Lycée Français « René Descartes » peut apporter sa contribution dans l’échange et le dialogue aux actions développées par le Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports dans le cadre de la réforme éducative en cours.

Monsieur le Député,

Comme vous le savez, la scolarisation des enfants est sans doute le sujet sur lequel les Français de l’étranger se mobilisent le plus. Le lycée Descartes demeure le vaisseau-amiral de notre dispositif d’enseignement mais je voudrais aussi rendre hommage au travail effectué par l’Ecole Française de Siem Reap, dont je salue la directrice qui vient de prendre ses fonctions à cette rentrée. Cette école est certes moins imposante par sa taille mais elle compte par la qualité de son accueil et de son enseignement, et doit bénéficier de toute l’attention de la représentation nationale : les frais d’écolage, l’aide aux familles défavorisées, le soutien au développement des établissements, autant de sujets qui interpellent les Français de la circonscription.

Excellence, Monsieur le Député, Mesdames et Messieurs,
Avant de conclure, je voudrais souligner dépasser les frontières du Cambodge pour souligner l’importance du réseau mondial d’écoles françaises dont vous faites partie. C’est un atout exceptionnel pour la France et son rayonnement mais aussi pour favoriser les échanges entre vous, comme votre séminaire vous en a fourni l’occasion, sur des sujets aussi importants que la mise en œuvre de la Loi sur la refondation de l’école ou encore l’impact du numérique dans les processus d’enseignement et d’apprentissage.

Je remercie tous les participants venus de la région pour cette occasion. J’ai plaisir à rencontrer des responsables d’établissements que je connais, soit parce ce que mes enfants y ont été scolarisés, en Chine, en Thaïlande, au Japon ou en Australie, soit parce que j’ai eu à connaître de leurs activités comme chef de poste ou inspecteur des affaires étrangères.

Enfin, je salue le travail effectué par l’équipe du Lycée Français « René Descartes », emmenée par Guillaume Froeschel, le Proviseur et Christian Malovry, le Directeur du primaire, pour assurer le succès de votre séminaire.

Je vous remercie.

Dernière modification : 14/10/2016

Haut de page