Présentation du Comité Anti-contrefaçon (27/11/2014)

A l’occasion de la présentation officielle du Comité Anti-contrefaçons dangereuses pour la sécurité et la santé au Cambodge et en présence de Monsieur SAR Kheng, Vice-premier Ministre et Ministre de l’Intérieur, l’Ambassadeur de France Monsieur Jean-Claude Poimboeuf a prononcé le discours suivant.

JPEG

Excellence, Monsieur le Vice-premier ministre et Ministre de l’Intérieur,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Secrétaires d’Etat et sous-secrétaires d’Etat,

Mesdames et Messieurs les Officiers,

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux d’être à vos côtés aujourd’hui à l’occasion de l’installation du comité anti-contrefaçons, créé par décret du Premier Ministre en date du 31 octobre 2014, et je vous remercie pour votre invitation.

C’est une date importante pour votre pays et pour la coopération entre le Royaume et la France.

Je ne m’étendrai pas sur les risques que font peser sur la santé et la sécurité de nos citoyens la production et la distribution de biens contrefaits dangereux. Au même titre que le trafic d’êtres humains, il s’agit de crimes économiques mais aussi de crimes contre les personnes.

Malheureusement, les organisations criminelles ignorent les frontières et leur imagination sans limite touche à peu près tous les domaines de la production industrielle. Cette activité clandestine est d’autant plus dangereuse qu’elle écoule des biens contrefaits particulièrement nocifs pour la santé et la sécurité des consommateurs. A ce titre le commerce du médicament contrefait représente la forme la plus criminelle de cette activité mafieuse.

*

Le Cambodge est engagé dans la lutte contre ces trafics et je me réjouis qu’il ait signé en 2011 l’appel de Cotonou contre les faux médicaments. Je salue les efforts du gouvernement royal pour lutter contre ce fléau et son engagement dans l’éradication de tous les trafics de produits contrefaits.

Pour faire face à cet enjeu de santé publique, une importante coopération en matière de lutte contre les produits contrefaits s’est nouée entre la France et plusieurs pays de la région, dont le Cambodge.

En 2010, cette coopération s’est traduite par la mise en œuvre du « Projet régional d’appui à la lutte contre les contrefaçons présentant un risque sanitaire et sécuritaire élevé ».

Dans ce cadre, la France a appuyé les autorités cambodgiennes dans les domaines suivants : formation des agents chargés de réprimer les trafics ; répression ; sensibilisation des décideurs publics et des populations.

Dans son volet régional, le projet a permis la mise en place d’une coopération fructueuse avec les voisins du Royaume. Dans les domaines de la formation, mais surtout dans celui de l’échange d’informations opérationnelles sur les trafics, celle-ci est exemplaire entre le Vietnam et le Cambodge.

Depuis cinq années qu’il est mis en œuvre, ce programme a permis la création de l’Office Central de Lutte contre le Trafic de Biens Contrefaits (OCLTBC). Cette structure, unique en son genre en Asie du Sud-Est, regroupe les six ministères cambodgiens concernés.

Grace à cette organisation interministérielle, de nombreuses opérations de police ont conduit à la confiscation de dizaines de tonnes de médicaments et de produits contrefaits. Tout comme elles ont conduit au déferrement à la justice des auteurs de ces trafics. Ces résultats opérationnels méritent d’être salués.

Aux termes des accords que nous avons signés, l’appui financier de la France a pris fin il y a quelques jours, le 19 novembre dernier. Toutefois, l’expertise technique française se poursuivra pendant quelques mois encore et je peux vous assurer que nous sommes disposés à réfléchir avec la partie cambodgienne aux meilleurs moyens d’assurer la continuité des actions engagées. Par ailleurs, sachez que la coopération de notre attaché régional de sécurité intérieure, en résidence à Hanoï, vous reste entièrement acquise.
Le Premier ministre a souhaité renforcer l’organisation des structures de lutte contre les trafics par la création du Comité de lutte contre les contrefaçons dangereuses pour la santé et la sécurité au Cambodge, qui nous réunit aujourd’hui.

J’y vois le résultat très positif de notre coopération et j’en suis très satisfait.

Le nouveau Comité voit ses prérogatives considérablement renforcées grâce à l’adoption de textes règlementaires et à des moyens financiers en augmentation. J’y vois là encore un motif de nous réjouir d’une coopération qui a porté ses fruits.

Je voudrais pour terminer souligner l’engagement professionnel et personnel dont font preuve les policiers, magistrats, douaniers, inspecteurs de santé, contrôleurs de marchandises, et gendarmes dans leur action quotidienne, et sans lequel rien ne serait possible.

Je saisis cette occasion pour rendre hommage à feu le Général SAU Phan, qui a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre de cette entreprise commune.

Je souhaite plein succès à son successeur, le Lieutenant Général MEACH SOPHANA, avec lequel j’ai pu constater récemment que nous partagions une vision commune, et à l’ensemble des membres du nouveau comité.

Je vous remercie.

Dernière modification : 15/07/2015

Haut de page