Lancement de la biographie de S.E. M. KEAT Chhon à l’Institut français du Cambodge (22/11/2016)

JPEG

Excellence M. KEAT Chhon, ancien vice premier ministre,
Excellences Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement Royal du Cambodge,
M. Guillaume Massin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge,
Cher Jean-Daniel Gardère,
Mesdames et Messieurs,

Le 11 octobre dernier, SE M. KEAT Chhon nous faisait l’honneur de sa présence au dîner de gala de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge, placé sous le signe de la commémoration du 50ème anniversaire de la visite du Général de Gaulle. Dans mon allocution, j’ai qualifié notre invité d’honneur de « grand témoin de l’histoire ». Ceux qui étaient présents ce soir-là se souviennent des anecdotes personnelles sur cette visite historique que SE M. KEAT Chhon a bien voulu nous confier, avec une mémoire très précise des faits et une pointe de gourmandise.
Ce propos liminaire dessine déjà un portrait de la personnalité qui nous réunit ce soir à l’occasion de la biographie que lui a consacrée Jean-Daniel Gardère : un homme d’Etat ayant exercé de très hautes fonctions, témoin de plusieurs décennies d’histoire cambodgienne et dont la mémoire hors du commun nous permet de disposer de témoignages exceptionnels sur son parcours, « ses quatre vies » pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage, y compris sur les moments les plus difficiles ou les plus douloureux.

Je voudrais ainsi saluer une double démarche qui, comme le dit l’auteur lui-même, a « ouvert des portes qui auraient pu rester fermées » :
-  D’un côté, la démarche courageuse et inédite de SE M. KEAT Chhon acceptant de se livrer à cet exercice de la biographie, qui ne va pas de soi ; en dehors peut-être de feu le Roi-Père qui publia ses « Souvenirs doux et amers », je n’ai pas en tête d’exemple de responsable cambodgien de premier plan qui se soit confié si longuement sur sa vie publique et privée ;
-  De l’autre côté, la démarche ambitieuse de Jean-Daniel Gardère, ancien conseiller économique de l’ambassade, devenu l’un des meilleurs spécialistes de l’économie cambodgienne ; démarche ambitieuse car l’ouvrage dépasse largement son sujet en proposant une fresque du Cambodge moderne, de 1934, date de naissance de SE KEAT Chhon à 1998, puisque, par choix délibéré, l’ouvrage ne couvre pas la période allant au-delà de cette date, ce que le lecteur curieux d’en savoir plus sur les développements les plus récents pourra regretter mais ce choix peut se comprendre.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Dans sa préface, Jean-Daniel Gardère pose la question : « pourquoi lui, pourquoi moi ? ». Pour ceux qui n’ont pas encore lu le livre, c’est pour entendre la réponse à cette question que cette soirée exceptionnelle a été organisée. Je remercie la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge et l’Institut français du Cambodge d’y avoir travaillé conjointement. Cet heureux attelage de l’économie et de la culture est particulièrement pertinent dans le cas d’espèce puisque ces deux dimensions sont très présentes dans ce livre auquel je souhaite de rencontrer tout le succès qu’il mérite auprès du public francophone, au Cambodge comme en dehors des frontières du Royaume, en attendant peut-être des traductions dans d’autres langues, à commencer par le khmer.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/11/2016

Haut de page