La coopération française au Cambodge

Les secteurs d’intervention

L’action de la France au Cambodge en matière de coopération s’inscrit dans un accord-cadre de coopération culturelle, scientifique et technique signé à Paris le 10 mai 1994 par le Gouvernement de la République Française et le Gouvernement du Royaume du Cambodge.


De cet accord découle une stratégie de coopération pluriannuelle définie en partenariat avec les autorités cambodgiennes. Cette stratégie prend la forme d’un Document d’orientation pour la coopération entre la France et le Cambodge . Pour la période 2014-2018, la France et le Cambodge ont arrêté trois secteurs de coopération prioritaires :

- le développement économique ;
- le développement et le renforcement du capital humain ;
- l’Etat de droit, la construction de la paix et du développement ;
- le renforcement de l’inclusion régionale et internationale du Cambodge.


En dehors de ces quatre axes prioritaires, la France dans le cadre de ses engagements internationaux, et en partenariat avec les autorités cambodgiennes appuie la lutte contre les grandes maladies présentes aux Cambodge (VIH/SIDA, tuberculose, malaria, rage, tétanos, etc.) via le financement des grands fonds multilatéraux (Fonds Mondial, Alliance GAVI, Unitaid), des grandes organisations internationales (système des Nations Unies notamment) et de la recherche française (Institut Pasteur, ANRS).


Par ailleurs la France appuie, avec ses partenaires européens, l’intégration du Cambodge dans l’ASEAN et dans l’espace francophone international.

JPEG - 74.9 ko
Rénovation du Bapuon

Les acteurs institutionnels français de la coopération

La France, par l’intermédiaire de son Ambassade (Service de Coopération et d’Action Culturelle), de l’Institut Français du Cambodge et de l’Agence Française de Développement (AFD) notamment, finance et met en œuvre un ensemble de projets et de programmes dans le cadre des accords de coopération existants.


Les compétences de l’Ambassade de France en matière de coopération sont multiples, elle assure le dialogue politique continu avec les autorités cambodgiennes, elle participe à la coordination des bailleurs, notamment ceux européens, dans le cadre de l’efficacité de l’aide (Déclaration de Paris, partenariat de Busan), elle joue enfin un rôle de coordination et de mise en réseaux des acteurs français œuvrant au Cambodge. Par ailleurs, elle intervient directement dans la mise en œuvre de programmes de coopération dans les secteurs de :

- l’enseignement supérieur et la recherche
- la gouvernance
- le patrimoine angkorien
- le rayonnement du français et de la culture française, notamment via l’Institut Français du Cambodge
- l’appui à la société civile cambodgienne


L’Agence Française de Développement (AFD), présente au Cambodge depuis 1993, s’engage principalement dans les secteurs suivants :

- l’agriculture
- le textile
- le tourisme
- les infrastructures (urbaines et rurales)
- la micro-finance

Elle soutient par ailleurs les ONG françaises présentes au Cambodge.


D’autres acteurs institutionnels français sont présents au Cambodge, c’est le cas des instituts et agences de recherche (Institut Pasteur, IRD, AIRD, CIRAD, ANRS, INRAP, EFEO) et des universités (il existe environ 70 accords interuniversitaires entre universités françaises et cambodgiennes).

Agriculture familiale - Paroles d’acteurs au Cambodge from Objectif développement on Vimeo.

La coopération France-Cambodge en chiffres

La France est le 7ème partenaire du Cambodge en termes d’Aide Publique au Développement (dons et prêts préférentiels transférés des pays développés aux pays en voie de développement) avec une contribution annuelle d’environ 40.000.000 €.


Cette contribution est stable depuis une dizaine d’année. Environ 50% de cette somme transite via des fonds ou des institutions internationales, les 50 % restant sont de l’aide bilatérale directe octroyée par la France au Cambodge. Cette contribution devrait sensiblement augmenter à partir de 2013, compte-tenu du fait que l’AFD peut désormais octroyer des prêts souverains, c’est-à-dire garantis par l’Etat cambodgien.

JPEG - 14.3 ko
Bâtiment Synergie de l’URDSE

Le rayonnement du français et de la culture française


La France met en œuvre une stratégie globale concernant le français, incluant des actions allant de la primaire à l’enseignement supérieur (classes bilingues, filières francophones dans l’enseignement supérieur), un travail de fond sur la qualité de son enseignement (formation des enseignants) et une offre de cours (dispensée par l’Institut Français du Cambodge (IFC)). Par ailleurs le français est présent au Cambodge par l’intermédiaire d’un réseau d’enseignement scolaire en français dont le Lycée français René Descartes à Phnom Penh, l’école française de Siem Reap et l’école française de Sihanoukville sont les éléments principaux (avec près de 800 élèves).


Ré-ouvert en 1990, l’Institut Français du Cambodge (IFC) est la structure d’appui de la politique de coopération culturelle de la France au Cambodge, englobant, à la fois, son action linguistique et ses échanges artistiques. Doté d’une médiathèque fréquentée par un public à 80% khmer, l’IFC dispense chaque année des cours de français à environ 5000 élèves à Phnom mais également à Siem Reap et Battambang et organise près de 300 évènements culturels par an (dont le festival Photo Phnom Penh) et touche un public annuel d’environ 60.000 personnes.

Dernière modification : 14/03/2014

Haut de page