Inauguration des Laboratoires de Simulation de l’USS (14/01/2016)

Excellence Dr MAM Bun Heng, Ministre de la santé,
Excellences (sous-secrétaires et secrétaire/s d’Etat au Ministère de la Santé),
Excellence Monsieur le Pr SAPHONN Vonthanak, Recteur de l’USS,
Messieurs les Doyens,
Mesdames, Messieurs les Vice-Doyens et Directeurs des Facultés, Ecoles et Départements de l’USS,
Mesdames, Messieurs les responsables de Relations Internationales et représentants des fondations « Fred Hollows » et « China Medical Board »,
Mesdames et Messieurs,
Chers étudiants,

Je suis heureux d’être parmi vous pour cette inauguration des laboratoires de compétences cliniques et de simulation ainsi que du centre d’examens informatisés de l’Université des Sciences de la Santé, fleuron de l’enseignement et de la recherche en santé au Cambodge et dont la France se réjouit d’avoir soutenu et accompagné le développement depuis de nombreuses années.

Si nous sommes réunis afin d’inaugurer des locaux et des équipements, ces avancées remarquables ne doivent pas en occulter deux autres, peut-être moins visibles, mais tout aussi importantes pour l’avenir de l’institution et des formations en santé du Cambodge. Je veux parler des réformes pédagogiques et de la formation des ressources humaines. Sans elles, le recours aux techniques de simulation et aux examens informatisés n’aurait pas tout son sens.

Ces progrès bienvenus sont cependant autant de défis à relever pour l’Université tant il est essentiel de garantir aussi bien la pérennité des équipements que le niveau des formations mises en place. Ces défis sont à la hauteur des avancées considérables déjà réalisées. Ils sont à la fois :

-  techniques, concernant les salles rénovées et équipées que nous découvrons ce soir, dont il faut assurer la maintenance et la mise à jour, la sécurité informatique et la confidentialité ;
-  pédagogiques, car l’introduction de nouvelles modalités d’enseignement et d’évaluation des connaissances suppose entre autres la révision en profondeur des programmes, la diminution du nombre d’heures de cours magistraux et l’augmentation des heures passées en laboratoire de simulation. Ces progrès doivent aller de pair avec ceux de la formation clinique de terrain, à Phnom Penh et en province, à l’hôpital et en ambulatoire ;

-  enfin, avancées et défis concernant la formation et la reconnaissance des ressources humaines. Car les jeunes médecins enseignants-chercheurs impliqués dans ces réformes pédagogiques ambitieuses doivent trouver toute leur place dans l’institution et se voir proposer des statuts révisés attractifs.

La France est heureuse d’avoir activement soutenu ces réalisations majeures en mettant ses moyens financiers et humains au service de l’Université, de son Recteur et de ses équipes dans le cadre de son Plan Stratégique. Notre pays a en effet tout particulièrement contribué à la création des laboratoires et du centre d’examens que nous inaugurons, mais aussi à celle du Programme International et au renforcement de la recherche. Les missions au Cambodge des experts français, l’accueil d’étudiants, de professionnels et de chercheurs cambodgiens en France participent aussi de ces réussites.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Ces actions menées conjointement à l’Université des sciences de la santé illustrent bien la rénovation des relations entre la France et le Cambodge, qui se fondent aujourd’hui sur des partenariats entre institutions. Les centres hospitalo-universitaires français sont très actifs au sein du Réseau des Partenaires internationaux de l’USS pour l’enseignement supérieur, la formation, la recherche et les services en santé au Cambodge. Ils étaient d’ailleurs très largement représentés au premier séminaire de ce réseau, le 26 août dernier. Ces établissements français travaillent et doivent continuer à travailler en synergie et en complémentarité avec les autres partenaires du Cambodge.

Je saisis cette occasion pour saluer tous ces partenaires, qu’il s’agisse des établissements français ou des co-financeurs des équipements, aux côtés de la France et de l’Université, que sont la Fondation Fred Hollows d’Australie pour le laboratoire de simulation et la Fondation « China Medical Board » des Etats-Unis d’Amérique pour le centre d’examens.

Je tiens également à remercier ici les deux experts français actuellement en poste à l’Université, Messieurs Thomas Fassier et Julien Aron, pour leur rôle dans le bon aboutissement de ces projets.

Avant de conclure, je voudrais évoquer le rôle des anciens boursiers du gouvernement français revenus au Cambodge. De plus en plus investis dans la rénovation pédagogique et la recherche, présents pour une bonne partie d’entre eux lors du lancement de la plateforme France-Alumni Cambodge le 16 novembre dernier à l’ambassade de France, ils témoignent de la réussite de ces partenariats et incarnent l’avenir des formations en santé au Cambodge. J’espère qu’ils seront la cheville ouvrière du prochain événement France Alumni consacré à la santé, qui sera organisé par l’ambassade de France et l’Institut français au premier semestre de 2016.

Notre présence à tous ,aujourd’hui, à l’Université des sciences de la santé traduit l’importance que nous accordons aux enjeux éthique, politique et de santé publique dans le cadre de l’amélioration de la formation des professionnels de santé qu’est en droit d’attendre le peuple cambodgien. Pour cela,

- l’utilisation de la simulation, en complément des stages, doit permettre d’améliorer l’apprentissage et l’évaluation des compétences cliniques : il s’agit d’examiner avec plus de précision, de communiquer avec davantage d’empathie, de procéder aux gestes techniques avec plus de sécurité, de raisonner avec toute la rigueur requise pour toujours mieux soigner.

- par ailleurs, le recours au centre d’examens informatisés, en complément des autres modalités d’évaluation, doit permettre d’assurer la confiance des étudiants, des enseignants et de la société tout entière dans des examens totalement fiables, condition sine qua non d’une pratique médicale de qualité.

Enfin, je souhaite adresser tous mes vœux de succès à l’Université des sciences de la santé et à ses activités au sein de ses laboratoires et de son nouveau centre d’examens, au service du progrès médical et au-delà, à l’amélioration des conditions de vie des Cambodgiens.

Soyez assurés que la France restera un partenaire actif au sein du Réseau international de l’Université, dont nous fêterons les 70 ans en juin prochain. J’aurai pour ma part grand plaisir à vous retrouver à cette occasion.

Je vous remercie.

Dernière modification : 15/01/2016

Haut de page