Inauguration de l’exposition « Regards croisés sur la mode » à l’IFC (30/04/2016)

JPEG

Monsieur le directeur général de Cambodia Aiports,
Chère Laure Vasconi,
Chers artistes,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Je suis heureux d’être cet après-midi à l’Institut français du Cambodge pour le vernissage de l’exposition « Regards croisés sur la mode », fruit de la résidence photographique de Laure Vasconi et de l’atelier qu’elle a conduit avec sept étudiants du Studio Images.

Depuis 2015, deux fois par an, grâce au partenariat fructueux entre l’Institut français et Cambodia Airports, des photographes français de renom sont invités pour une résidence de trois ou quatre semaines au Cambodge.

Ces résidences s’inscrivent dans l’activité du « studio images » de l’Institut français, animé avec talent par Philippe Bataillard et qui s’adresse à de jeunes photographes talentueux souhaitant se perfectionner.

Chaque fois, un thème est retenu qui correspond à une technique photographique. L’année dernière l’architecture et le portrait se sont imposés comme les thèmes plus pertinents, le cadre de ces exercices créatifs étant les aéroports de Phnom Penh et de Siem Reap alors en pleine modernisation, et avec eux leurs employés.

Cette année, encouragés par ces deux premières expériences réussies, l’Institut français et Cambodia Airports ont retenu la photo de mode et la photo de nuit, thèmes qui, de prime abord, semblent éloignés de l’univers des aéroports mais qui, en réalité, le mettent tout autant en valeur en en proposant une autre approche.
Ainsi la photo de mode, thème de cette première résidence 2016, met en scène des créations fugaces et légères, des corps gracieux qui dialoguent et jouent avec l’architecture imposante de l’aéroport et, loin de l’effacer, la rend plus présente que jamais.

La résidence est bien sûr une aventure artistique mais c’est aussi une aventure humaine. En cela elle constitue une illustration exemplaire de ce que doit être la coopération culturelle et artistique internationale puisqu’elle est fondée sur la compréhension et l’apprentissage mutuels et sur la confrontation de points de vue différents au service d’une œuvre commune.

Laure Vasconi nous parlera dans quelques instants de ce qu’ont été ces quelques semaines de travail intense avec les photographes du Studio Images mais également avec les stylistes Em Riem et Eric Raisina, qui se sont totalement investis dans ce projet, l’équipe de coiffeurs et de maquilleurs animée par Mona Hard d’Yves Rocher, les mannequins, Chandanich Kouy, Sothy Sith, Joseph Vann et Karuna Em, entourés par Yulianna Bellini et bien sûr tous les employés de l’aéroport qui ont, eux aussi, participé activement à cette aventure collective.

Je saisis cette occasion pour souligner l’importance du partenariat qui s’est construit entre l’Institut français et Cambodia Airports. J’espère que le nouveau directeur général de Cambodia Airports, Eric Delobel, que je salue, sera lui aussi sensible aux fruits de cette collaboration exemplaire entre les secteurs privé et public.

L’association de nos compétences et de nos moyens permettent d’amplifier la qualité et l’impact des projets mis en œuvre. Ici, la mission de service public de l’Institut français en faveur de la création et du partage des cultures, slogan magnifique de l’IFC, s’en trouve consolidée, et je m’en réjouis.

J’espère sincèrement que la société Cambodia Airports y trouve également son compte non seulement en termes d’image, c’est le cas de le dire, mais aussi par rapport aux objectifs que l’entreprise s’est donnée vis-à-vis de la culture au Cambodge et de son développement.

Aussi m’importe-t-il, avec la direction de l’IFC, de renouveler mes remerciements les plus chaleureux à Cambodia Airports et à l’ensemble de son personnel pour sa confiance renouvelée. Je souhaite également remercier tous ceux et celles qui se sont investis dans ce projet et l’ont rendu possible de bien belle manière.

J’aurai enfin une mention particulière pour Laure Vasconi qui a su mettre son talent au service de ce beau projet de coopération et pour Philippe Bataillard sans qui le Studio Images ne connaîtrait pas le succès qui est aujourd’hui le sien.

Je vous remercie de votre attention et laisse la parole à Laure Vasconi.

Dernière modification : 02/05/2016

Haut de page