Cérémonie inaugurale du double diplôme URDSE/Paris 8 de Master en droit public (02/10/2015)

JPEG

Excellence, Monsieur le Ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports,
Excellence, Monsieur de Secrétaire d’État,
Excellence, Monsieur de Recteur de l’Université Royale de Droit et des Sciences économiques,
Chers professeurs, chers étudiants,
Mesdames et Messieurs

Je voudrais tout d’abord vous remercier, M. le Recteur, de m’accueillir une nouvelle fois au sein de votre université à l’occasion de cette cérémonie organisée pour le lancement d’une nouvelle double diplômation franco-cambodgienne. J’ai toujours plaisir à me rendre à l’URDSE avec laquelle nous entretenons depuis longtemps une coopération fructueuse.

Je salue également la présence de Son Excellence le Dr HANG Chuon Naron, que je sais être un fervent soutien de la coopération entre nos deux pays.

Coopération très ancienne, qui a pris une nouvelle dimension après

les Accords de paix de Paris d’octobre 1991, lorsque le Cambodge a sollicité l’assistance technique de la France pour reconstruire son système universitaire.

Cette coopération universitaire, qui dure maintenant depuis plus de vingt ans, a évolué au fil du temps mais elle est restée axée autour de l’objectif central de renforcement des ressources humaines et des capacités du système universitaire cambodgien.

Elle a pu prendre la forme de soutien à la reconstruction de locaux universitaires, comme ce fut le cas ici à l’URDSE, ou encore d’assistance technique au sein des institutions universitaires cambodgiennes.

C’est ainsi que la France met à disposition de l’URDSE 2 experts techniques internationaux chargés de conseiller les autorités de l’université sur le renforcement des filières de droit et d’économie/gestion.

Le chemin parcouru ensemble va se poursuivre mais sur des bases renouvelées. A l’occasion de la visite au Cambodge, en mai dernier, de Mme Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée du développement et de la francophonie, un nouvel accord-cadre entre nos deux pays a été signé pour la période 2015-2018. Cet accord jette les bases d’un partenariat dans lequel l’enseignement supérieur et la recherche conservent une place essentielle.
C’est dans ce contexte qu’intervient le lancement de ce nouveau Master en droit public, droit international et européen dont la coordination échoit à l’université Paris 8, représentée ce soir par le Professeur Vincent Tomkiewicz, que je remercie d’avoir fait le déplacement.

La France soutiendra ce diplôme qui s’inscrit dans la lignée des actions entreprises par notre pays pour soutenir la gouvernance dans le domaine juridique et judiciaire. Ces actions prennent la forme de soutien à la société civile en matière d’accès à la justice, de soutien au fonctionnement des Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux cambodgiens ou encore aux institutions de formation telles que l’Académie Royale des Professions Judiciaires.

Toutes ces actions sont sous-tendues par les idées forces suivantes : la formation des ressources humaines, le nécessaire renforcement de l’Etat de droit, la mise en place d’une justice citoyenne, seul garante de la protection des plus faibles.

J’ai écouté avec attention le Professeur Tomkiewicz présenter le contenu et les objectifs du diplôme.

Certains pourront s’interroger sur la place dévolue à la langue française puisque le diplôme est en anglais. Vous savez à quel point la France est attachée à sa langue. La France est également très attachée à ses valeurs et l’essentiel est de transmettre des savoirs qui en sont le produit, quelle que soit la langue utilisée. De manière pragmatique, j’estime qu’il faut s’adapter aux circonstances et au public visé. L’essentiel n’est-il pas d’enseigner « à la française », comme cela se fait dans un nombre croissant d’établissements supérieurs en France où les enseignements ne sont pas nécessairement en français ?

Je rappelle aussi qu’une offre d’enseignement juridique entièrement francophone de la licence au Master est disponible à l’URSDE et que tout étudiant désirant devenir un juriste consciencieux et spécialiste du droit romano-germanique peut y parvenir en langue française.

C’est d’ailleurs à ma connaissance un cas unique en Asie du Sud-Est puisqu’aucun autre pays de la région ne compte de formation double diplômante en premier, second et troisième cycle universitaire. Je remercie donc S.E. LUY Channa de la confiance qu’il accorde aux filières francophones. Le parcours professionnel des anciens étudiants de ces filières lui donne raison.

Chers étudiants,

Sur le contenu de ce diplôme, je suis convaincu que l’éventail des matières traitées saura satisfaire votre besoin de connaissances ou celui des fonctionnaires dont je crois savoir que certains se sont déjà inscrits. J’ai noté avec intérêt l’enseignement du droit international de l’environnement, qui prend tout son sens en cette année où la France se prépare à accueillir la Conférence sur le changement climatique ou COP 21, dont l’enjeu premier est d’aboutir à un accord juridique universel et contraignant.

Avant de céder la parole à S.E. le Dr HANG Chuon Naron, je tiens à remercier tous ceux qui ont œuvré à la création de cette double diplômation : le Recteur et toute son équipe, les Professeurs, les responsables administratifs de l’URDSE et de l’Université Paris 8. J’adresse enfin à tous les futurs étudiants de ce cursus mes vœux les plus chaleureux de succès dans leurs études et leur carrière professionnelle.

Je vous remercie

Dernière modification : 05/10/2015

Haut de page