22ème conférence annuelle de la Société cambodgienne de chirurgie - Phnom Penh (25/11/2016)

JPEG

Excellence Professeur THIR Kruy, Secrétaire d’Etat au Ministère de la Santé,
Messieurs les co-présidents de la conférence, Professeurs SOK Buntha et AC Masquelet,
Excellences Messieurs les présidents, recteurs et directeurs,
Monsieur le consul honoraire du Cambodge à Lyon, Professeur Jacques Baulieux,
Mesdames et Messieurs les Professeurs,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux d’être parmi vous ce matin à l’occasion de l’ouverture de cette 22ème conférence annuelle de la société de chirurgie.

Cet événement me donne en effet l’occasion de saluer parmi vous des acteurs importants et fidèles de la coopération médicale entre la France et le Cambodge. Est-il encore besoin de rappeler le rôle joué par celle-ci au cours des dernières décennies ? Dans le domaine de la santé, et en particulier dans celui de la chirurgie, des assistants techniques, professeurs, médecins ont en effet œuvré avec détermination afin de participer à la formation de ressources humaines de qualité. Qu’ils en soient ici remerciés.

Aujourd’hui, le Cambodge est en plein développement et la logique d’assistance qui prévalait dans les années quatre-vingt-dix a fort heureusement fait place à une relation de partenariat solide et, je le crois, durable. La France est en effet un partenaire important de la chirurgie au Cambodge. J’en veux pour preuve les 12 DFMS de nouveau recrutés dans cette discipline cette année, chiffre en légère augmentation grâce au soutien fourni par les Professeurs et hôpitaux français. Grâce à un système de santé et une formation de grande qualité prodiguée dans ses centres hospitalo-universitaires, la France demeure – et je m’en réjouis – une destination très attrayante pour les étudiants et jeunes médecins cambodgiens qui reviendront ensuite exercer dans leur pays.

Et ici, comme partout dans le monde, les compétences chirurgicales revêtent un caractère vital pour les patients, qu’il s’agisse de la chirurgie générale dans le cas des pathologies fréquentes mais aussi de la traumatologie, les accidents de la route, hélas bien trop nombreux au Cambodge, nécessitant des prises en charge chirurgicales complexes et souvent multidisciplinaires.

Mais bien sûr, votre présence ici souligne également le caractère évolutif de la chirurgie, discipline en progrès constant :

- évolution technique tout d’abord. D’où la nécessité de former des formateurs à ces nouvelles pratiques, formateurs qui pourront à leur tour enseigner aux futurs médecins, à l’hôpital mais aussi en laboratoire de simulation grâce à de nouvelles techniques pédagogiques notamment mises en œuvre à l’Université des Sciences de la Santé ;
- évolution scientifique bien sûr, grâce à des travaux de recherche qui permettent d’affiner le savoir et les indications chirurgicales ;
- et enfin, évolution liée à l’apparition de nouveaux besoins correspondant à celle de nouvelles pathologies nécessitant une prise en charge souvent multi-disciplinaire.

C’est pourquoi des rencontres telles que les vôtres ici même revêtent une grande importance, tant sur le plan des relations et de la coopération entre la France et le Cambodge que sur celui du progrès médical. Et c’est la raison pour laquelle je tiens ici à saluer l’implication jamais démentie qui est la vôtre dans ces deux domaines.

Je termine en vous souhaitant, Messieurs les co-présidents, Professeurs, chers participants, de fructueux échanges à l’occasion de ces journées de travail qui vous attendent et ne manqueront pas, j’en suis certain, d’être passionnantes.

Je vous remercie.

Dernière modification : 25/11/2016

Haut de page